Votre page 2
Votre page 1
Votre page 2
Votre page 3
Votre page 4
Votre page 5
Votre page 6
Votre page 7
Les silences de mon pére sont comme la brume des marais salants,ils montent,s'infiltrent dans les poumons, et finissent par vous interpeller, vous inclure sans vous aliéner.

Alchimie délicatement relationel,improductive en surface, cherchez et vous ne trouverez pas,écoutez et, si vous savez la fréquence, si vous méprisez l'antenne, alors.....

Je connais cette grotte sous la chute d'eau,j'en sais les contenus, les rayons et les portes dérobées,la destination et l'arrivée. Pour la visite guidée, choisissez un autre tour opérator, ici nous mélangeons le présent et le passé, et cette improbable macédoine humano canapé ne se vend pas.

Elle se transmet comme une maladie insidieuse, dont la banalité devrait inciter à une prudence relative. Vendue en lots, dealée sous le manteau de la neige, jamais perdue mais toujours retrouvée, et sanctifié sur l'autel borgne d'une religion monopapale, certes,mais toujours pas rétractable.

Elle se donne comme la parole.

Sortez moi les Judas,et autres marchans du temple à blablater,virez les faux jetons, roulez les dans le goudron et les plumes de ma tante (celle qui est beaucoup plus grande que le bureau de mon oncle, famille je vous hais,c'est pas de moi,mais çà fait plaisir), écoutez penser mon pére, et oser y voir artifice,mythomanie,ou simplement bidouillage de studio, remix dans une courbe de rentabilité qui tait son nom et rampe,rampe........et ce crétin d'Adam n'a pas vu le serpent,et il achéte. L'histoire ne précise pas si Eve........

Sur les pentes glaireuses des bons sentiments,dévallons mes fréres,et communions tous en choeur. Nous sommes, après tout,en pays de connaissance, nous achetons du vent et recrachons des perles en rosée de carton.
Cette pochette de disque,"Le Guerrier au Bord du Temps",on y voit un chevalier minuscule, écrasé par son environnement.Métaphore de notre ére, esquisse digne de Chaplin, ce soir les survivants se coucheront tôt.

Et demain nous naviguerons encore,moi et les silences de mon pére,et le non dit,le vrai ressenti,reprendra sa place sans bruit,mais avec le gout d'aller au bout de nos idées, sans savoir comment,mais en ayant compris pourquoi.

sansriendire
11/11/05